Ni animal de scène, ni espèce de zoo, ni matière à commerce ! Les animaux sauvages ont le droit de vivre libres et en paix dans leur milieu naturel préservé. C’est ce que défend One Voice dans son combat pour la protection et le respect de l’animal sauvage.

Pour One Voice, les animaux sauvages ont droit au respect et doivent évoluer librement dans leur milieu naturel. Partout dans le monde, comme en France, l’association se bat pour libérer les animaux sauvages détenus dans les cirques, les zoos, les ménageries, ou des mains de trafiquants, de braconniers, ou captifs chez des particuliers. En partenariat avec des associations locales, elle a participé à la création de sanctuaires permettant d’accueillir, dans des lieux préservés, les animaux sauvés avant qu’ils puissent retrouver leur environnement naturel. Elle agit aussi pour que les animaux sauvages bénéficient d’une protection légale et que celle-ci soit respectée. Ce qui n’est pas encore le cas en Chine, notamment, grand destructeur de faune sauvage pour sa médecine, ou cuisine, traditionnelle, par exemple. Ainsi, One Voice soutient des associations locales de défense des animaux en leur fournissant une aide financière, logistique, en formant les militants et/ou en participant à de vastes campagnes d’information ou d’action. Pour faire face à l’urgence de certaines situations, One Voice a mis en place un Fonds d’Action Solidaire qui lui a permis, entre autres, d’apporter sa contribution humaine et financière lors de catastrophes naturelles, tel le tsunami qui a dévasté l’Asie en décembre 2004.

L’association est convaincue que seul le maintien et la préservation des animaux dans leur habitat naturel protégé est à même de contribuer à la conservation des espèces et des écosystèmesaujourd’hui mis en danger par l’ignorance, l’indifférence ou l’appétit mercantile de certains humains. Les mesures de conservation, ou de réintroduction, qui prônent la captivité comme une solution pour enrayer leur disparition sont loin d’apporter une réponse respectueuse des animaux. Il est scientifiquement prouvé que les animaux sauvages ne s’adaptent pas à la captivité, source de souffrances, physiques et psychologiques, et de stress. De plus, la reproduction de certaines espèces -comme les ours, les éléphants, etc.- est extrêmement difficile, voire impossible. Les programmes de réintroduction, souvent mal évalués et préparés, conduisent la plupart du temps à la disparition des animaux, comme c’est le cas avec les ours dans les Pyrénées.

L’engouement inconscient pour ce qu’on appelle, à tort, les Nouveaux Animaux de Compagnie (NAC) –singe, furet, iguane, python ou autres tortues- qui sont tout sauf « de compagnie », contribue à la mise en danger des animaux mais aussi des écosystèmes. Ces animaux souvent prélevés dans la nature, parfois protégés par les conventions internationales (CITES), s’ils survivent à la capture et au transport, sont incapables de s’adapter à la vie en appartement. Ils finissent la plupart du temps abandonnés dès lors que leur caractère sauvage s’exprime un peu trop ouvertement.

Et que dire de la traque de ceux que l’on dénomme “nuisibles”, animaux qui ont, pour leur grande majorité, un rôle essentiel dans l’équilibre des écosystèmes, sinon que l’humain est là encore le seul responsable de la mise en péril de la biodiversité.

Par ses actions d’information, One Voice tente de sensibiliser le plus grand nombre aux risques que font courir à la planète les prélèvements et les déplacements d’animaux sauvages, ainsi qu’aux souffrances que nombre d’entre eux ont à endurer dans le seul but de satisfaire les lubies humaines.

Laisser un commentaire