Depuis 1999, One Voice se bat en faveur des animaux détenus dans des cirques. Des années marquées par de nombreuses manifestations, des actions en justice, mais aussi par la libération d’animaux.

1999 : premières enquêtes

C’est à l’été 1999 que One Voice lance sa campagne : «Des cirques…oui, mais sans animaux ». Une campagne qui commence par des enquêtes dans le milieu du cirque, qui mettent en lumière de nombreuses entorses à la réglementation tant du point de vue du respect des animaux que des normes de sécurité. Un tract en direction des enfants est édité . Des actions ont lieu, durant l’hiver, dans différentes villes de France avant l’arrivée de cirques.

2000 : libération d’Achille le chimpanzé

Au printemps, One Voice émet une proposition en dix points aux ministères de la Culture et de l’Environnement :

  1. interdiction de détenir des animaux classés en annexe 1 et des espèces vulnérables,
  2. application de cette législation aux cirques étrangers venant en France,
  3. mise en place de puces électroniques,
  4. ouverture de refuges spécialisés pour ces animaux,
  5. programme et prime de reconversion pour les gens du cirque,
  6. stérilisation et interdiction d’importation d’animaux,
  7. placement progressif des animaux réformés dans des refuges,
  8. accompagnement des cirques reconvertis sur une durée déterminée,
  9. élargissement à tous les animaux non domestiques,
  10. élargissement à tous les animaux domestiques.

C’est à l’automne que survient la libération d’Achille, chimpanzé de 36 ans, extrait du cirque Amar. Il a été remis à la Ape Foundation des Pays-Bas. Depuis il coule des jours tranquilles.
Le ministère de la Culture lance l’année du cirque. One Voice décide de participer à cette initiative en faisant une tournée intitulée «2001, l’année du cirque sans animaux» dans différentes villes de France.
Parallèlement, One Voice porte plainte pour mauvais traitements envers animaux dans un spectacle (ils utilisaient un autruchon comme ballon de foot, un âne était conduit pas les oreilles, un porcelet était trimballé dans les bras d’un candidat avant de finir dans un bassin).
Dans le même temps, One Voice tente de sauver les fauves du cirque Euroflying. Mais ce cirque disparaît dans la nature avant qu’un refuge où placer les animaux ait pu être trouvé.

2001 : actions en justice 

Face au phénomène des certificats de capacité non-conformes, qui permettent aux cirques de détenir illégalement des animaux, One Voice se place sur le terrain des tribunaux et dépose une quinzaine de plaintes pour ce motif. C’est ainsi qu’il a été reproché au cirque Alain Zavatta de détenir 6 tigres, 2 éléphants d’Afrique, un zèbre et un hippopotame sans certificats de capacité. Ce qui n’a pas empêché le cirque de s’installer de force dans les Alpes-Maritimes, One Voice a déposé une autre plainte.

D’autres actions sont engagées contre le cirque Crone-Fratellini (afin de sauver un hippopotame) et contre le cirque de Monaco (qui s’appelle maintenant le cirque de Venise), installé dans l’illégalité à Carcassonne.

Toujours en 2001, les deux clowns Zavappa et Y’enAmar parcourent la France pour dénoncer les conditions de détention et de dressage des animaux dans les cirques. Pendant ce temps, une pétition est lancée, soutenue par des politiques, des scientifiques et diverses personnalités.

2002 : Maousi, la lionne est placée dans un parc

One Voice remet, le 7 mai 2002, un rapport intitulé « les animaux malades du cirque, ou l’esclavage itinérant » au ministère de l’Environnement. Le rapport est accompagné d’une pétition signée par 67 300 personnes (un total de plus de 100000 signatures recueillies en 2004). Certains cirques reconnaissent que le cirque doit tourner la page avec cette tradition. One Voice demande un débat avec les professionnels et les politiques afin d’obtenir de nouvelles normes de détention, l’interdiction de tout dressage contre nature, la stérilisation et l’identification de tous les animaux ainsi que l’interdiction d’acquérir et de détenir des hippopotames, rhinocéros, girafes, singes anthropoïdes et éléphants.

L’année finit bien avec la libération de la lionne Maousi, que son cirque voulait euthanasier, mais que One Voice a réussi à sauver et à placer dans un parc.

2003: sauver Samba

Samba, une éléphante détenue par le Continental Circus, devient le symbole de la lutte contre l’utilisation des animaux dans les cirques. Cet animal, dont One Voice suit le sort depuis un an est victime de mauvais traitements devant témoins. Des manifestations sont organisées. Une plainte est déposée.

Par ailleurs, One Voice poursuit son action en direction des pouvoirs publics, notamment du ministère de l’Ecologie qui étudie la révision de l’arrêté du 21 août 1978. Le but est d’obtenir qu’au moins, dans un premier temps, plusieurs espèces d’animaux sauvages soient interdites de cité dans les cirques. Ce texte constituerait une avancée. Bien que One Voice ait obtenu des assurances que le texte soit adopté le plus rapidement possible, à l’été 2004, il n’était toujours pas édicté.

2004 : sauver Samba encore et encore 

Plusieurs actions sont menées afin d’obtenir la libération de Samba avec notamment l’édition d’un tract et une manifestation le 26 juin à Marseille.

Laisser un commentaire