Numéro contre-nature
Jusqu’en mai 2003, Samba a exécuté un numéro, sous les ordres de son dresseur, que ce dernier appelait « condamnation à mort ». Le dresseur faisait semblant de tirer sur l’éléphante qui devait marcher sur les genoux et s’écrouler sur le sol.

Brutalité
Le 20 mai 2003, à Rochefort du Gard, Samba a refusé d’exécuter ce numéro. Dès la fin de la repré-sentation, son dresseur a bloqué l’éléphante dans un camion et l’a rouée de coups – devant des enfants en pleurs.
One Voice a porté plainte, la Direction des Services Vétérinaires a contrôlé le cirque et déclaré que les conditions de détention étaient satisfaisantes.
Depuis, Samba ne joue plus sa condamnation à mort mais exécute toujours des numéros contre-nature : s’écrouler au sol, tourner sur elle-même, monter et s’assoire sur un tabouret… En mai 2004, la plainte a été classée sans suite.

Surveillance
Face à la mobilisation du public, le dresseur tente de brouiller les pistes :

  • Samba a été rebaptisée «Tania».
  • Le cirque, qui s’appelait lors de notre plainte «Continental Circus», est devenu «Cirque d’Europe International» ou «Cirque d’Europe».
  • En 2005, les camions et remorques du cirque ont été repeints et portent maintenant un nom différent «Cirque d’Europe International».
    En juillet 2003 à Lorgues (83), ainsi qu’à Vitrolles (13) en décembre 2003, Samba a été surveillée une journée durant. Des photos et vidéos ont été prises à ces occasions.
    En novembre 2004, le cirque se trouvait à Mandres les Roses (94). Il faisait froid (températures négatives). Samba était dans sa remorque (non chauffée). One Voice a pu filmer.
    Du 10 au 24 mars 2005, le cirque se déplaçait dans le département du Var (84). Nous avons pu mener une étroite surveillance de Samba, durant laquelle nous avons pu observer heure par heure son quotidien (soins, conditions de vie, captivité, exercices demandés, etc…).
    Au terme de cette période, le Docteur John Knight, vétérinaire spécialiste des animaux sauvages, a pu observer l’éléphante trois jours durant, et assister à une représentation du cirque. La conclusion de son rapport est sans appel : Le Cirque d’Europe n’essaye même pas de satisfaire ne serait-ce que les exigences les plus élémentaires qu’impliquent la sécurité et le maintien d’un éléphanten captivité. L’espace dont dispose «Samba» est insuffisant, et, dans l’ensemble, la manière dontelle est traitée est inadaptée. Je ne peux que recommander avec insistance que l’on replace«Samba», aussi rapidement que possible, dans une autre structure susceptible de pourvoir cor-rectement à ses besoins. 

Laisser un commentaire