Le 12 septembre, One Voice et ses militants se sont rassemblés devant le ministère de l’écologie pour la libération de Samba.

Muriel Arnal et Daniel Turner ont été reçus par la Directrice de cabinet de la secrétaire d’Etat à l’Ecologie. Un rendez-vous prometteur qui confirme que ce n’est pas le moment de lâcher prise.

Ce mercredi là, le soleil était au rendez-vous. Rassemblés devant le ministère de l’écologie à l’appel de One Voice, les militants et activistes solidaires ont fait entendre la voix de Samba, notre éléphante toujours détenue dans le cirque où, un jour, elle a défié son dresseur. Au son de « Libérez Samba », une conteuse, des danseurs et des musiciens africains ont porté haut et fort le combat pour la libération de Samba, et à travers elle, pour tous les animaux sauvages tenus en esclavage dans les cirques.

Rencontre au sommet

Quelques instants plus tard Muriel Arnal, Présidente de One Voice, et Daniel Turner, coordinateur de la coalition contre la captivité des animaux sauvages, ont été reçus comme prévu par la Directrice de Cabinet adjointe, Madame Claire Daveu. Au cours d’un débat de plus d’une heure trente, One Voice a pu porter à la connaissance de Madame Daveu le combat pour Samba et certains aspects du traitement des animaux sauvages dans les cirques. À l’appui de ses informations, One Voice a remis une vidéo présentant un montage d’une cinquantaine d’heures filmées en caméra cachée par ses enquêteurs pendant un an à l’intérieur des cirques en France.

128 000 cartes-pétitions

Cette rencontre fut également l’occasion d’apporter 57 840 cartes- pétitions supplémentaires. Celles-ci sont venues s’ajouter aux 70 000 signatures déjà déposées. Au total, près de 128 000 cartes-pétitions réclamant l’interdiction de détenir des animaux sauvages dans les cirques en France. Les militants et sympathisants se sont ensuite retrouvés sur le Champ de Mars avant de se déployer dans tout Paris. Par équipes d’activistes, ils ont distribué environ  6 000 tracts à la sortie des métros.

Ne pas lâcher prise

Ce long rendez-vous, qui devrait être suivi d’autres rencontres, après le Grenelle de l’environnement, est apparu comme un pas vers le dialogue et l’action de la part des politiques. Dans ce contexte, il semble d’autant plus important de ne pas lâcher prise. Et avec le soutien du public, il est possible d’aller encore plus loin.

Un enjeu capital

Ce qui se joue, derrière la libération de Samba, est d’un enjeu capital pour le développement d’une société dite moderne. Comme l’a rappelé Muriel Arnal, « une société violente vis-à-vis des animaux est également violente vis-à-vis des êtres humains et de la nature. » C’est cette conscience que One Voice entend faire émerger en France en poursuivant le combat pour la libération de Samba ainsi que ses actions d’information et de sensibilisation.

Laisser un commentaire