Simba, une lionne de six ans, ne tournera plus sans cesse dans la minuscule cage de cirque, d’un mètre carré. Elle a pu être sauvée. Mais l’affaire ne s’est pas faite sans mal.

Enfermée dans une cage

Simba, a été achetée en 1999 par un cirque en même temps que deux autres lions eux, âgés d’une vingtaine d’années. Les trois fauves n’ont jamais participé au spectacle. Ils restaient enfermés dans leur cage sans paille, sans jamais en sortir.

Maigreur inquiétante

C’est l’état de maigreur avancée des félins qui a donné l’alerte à l’association toulousaine Agir pour les Animaux, qui a porté plainte contre ce cirque. Une entreprise qui avait déjà été condamnée en 2003 pour exploitation irrégulière d’établissement présentant au public des animaux des espèces non domestiques et pour non tenue de registre de bovins.

Saisie conservatoire

A la suite d’un contrôle de la direction des services vétérinaires, le cirque a finalement accepté de confier les lions à l’association Olga, avant de revenir sur sa décision. Finalement les deux fauves les plus âgés ont pu être libérés le 29 décembre 2003 et placés dans un refuge en Espagne. Mais Simba, elle, demeurait enfermée. Il a fallu qu’un recours soit fait auprès des autorités pour que le préfet prononce une saisie conservatoire de la lionne.

Trouver un refuge

Toutefois, la libération de Simba ne pouvait intervenir que si un refuge acceptait de la recevoir. C’est alors qu’Olga a fait appel à One Voice pour organiser et financer le sauvetage. Résultat : le 7 février 2005, Simba était sauvée, les agents de l’ONC et des services vétérinaires étant intervenus.

Anesthésiée

La lionne anesthésiée au fusil a été transférée dans une caisse de transport, puis déposée aux bureaux de l’ONC une heure plus tard ou un vétérinaire a pu vérifier son état de santé. Après cette formalité, Simba a été orientée vers un refuge.

Difficultés d’adaptation

Au lendemain de son voyage, la lionne a refusé de sortir de sa caisse de transport. Elle ne sait pas encore qu’il est possible de vivre en dehors d’une cage. Elle n’a jamais expérimenté cette sensation.

Sans doute battue

Aujourd’hui, Simba est enfin sortie de sa caisse et ne cesse de réclamer à manger. Mais son comportement étonne les soigneurs. Ils pensent qu’elle a été battue. En effet, elle attaque et tout de suite après, se couche au ras du sol, oreilles et tête baissées en signe de soumission. Il faudra du temps pour que Simba apprenne à vivre libre de toute domination.

Près de 500

C’est le nombre de fauves encore captifs dans les cirques en France en 2005. Des animaux sauvages qui dans la nature parcourent des kilomètres, prisonniers de cages minuscules sans aucune distance de fuite, sans aucun refuge pour se protéger, et soumis à un dressage extrêmement violent.

Laisser un commentaire